Concours pour la restauration et extension du Conservatoire de Musique de Genève (CMG)

Situation

Place Neuve, Genève

Maître d'ouvrage

Conservatoire de Musique de Genève

Date

2015 - 2016

Programme

Concours pour la restauration et l’extension du sous-sol du bâtiment historique classé

Information

Historique, Projets

Publications

Planches finales du concours Conservatoire de Musique de Genève

L’historique

En 1858, quand le projet de J.-B. Lesueur fut achevé, l’architecture d’inspiration palladienne et néo-classique de l’édifice construit sur les anciennes fortifications, imposa son aura et sa luminosité sur la Place Neuve.

Le Palais, implanté sur un axe historique orienté entre l’ancienne porte neuve et le bastion, faisant face à la cité, démontre sa volonté d’assumer une symbolique forte de l’institution artistique. La volumétrie d’origine dévoile l’importance donnée à sa salle de concert, emplacement central, joyaux du bâti, encerclé de son écrin ciselé et lumineux. Son socle et ses murs d’enceinte ouverts sur la ville expriment une notion de cadre, d’accueil et d’ouverture de l’enseignement.
Un demi-siècle plus tard, entre 1910 et 1920, deux interventions successives d’agrandissement seront nécessaires à l’extension du conservatoire. Identifiées comme respectueuses et de qualité, elles reflètent une intervention « pastiche » de celle de J.-B. Lesueur, en particulier sur le traitement des façades. Pour gagner de la surface, A. Peyrot va simplement combler et exploiter spatialement les volumes de mise en lumière du corps principal. Il réduit ainsi les espaces de l’esplanade extérieure en les limitant à des surfaces résiduelles et difficilement exploitables.

Un projet clair
Notre projet repose sur les axes suivants :

  • offrir un nouvel outil de travail pédagogique, moderne, fonctionnel et remettre l’utilisateur au coeur du projet. 
  • effectuer des interventions précises, réfléchies et assumées permettant de concilier deux problématiques indépendantes et souvent opposées, celle de la conservation du patrimoine et celle de sa mise en conformité aux règlements de construction actuels. 
  • retrouver la légèreté et les fondamentaux de l’oeuvre de J.-B. Lesueur. La rigueur et la clarté du plan original doivent être à nouveau mises en avant face à l’addition des agrandissements et transformations successives réalisées depuis 150 ans. 

Nous remettrons en place la volumétrie d’origine en ôtant les deux extensions pastiches et fragiles statiquement, mais ceci sans en perdre l’empreinte historique. Cette intervention permettra de libérer et retrouver les façades de 1858, présentes à l’intérieur du bâtiment. Les empreintes sont traduites spatialement par un jeu de pleins et de vides permettant l’apport de lumière naturelle en sous-sol et l’aménagement des espaces extérieurs.
L’esplanade s’élèvera au niveau du socle et redeviendra un espace public convivial, d’échange et d’ouverture sur la Place Neuve. Elle assurera également la fonction de sortie de secours du bâtiment. Elle sera accessible pour les personnes à mobilité réduite.
L’extension de l’école se fait en sous-sol. L’intervention se veut discrète et intégrée. La lumière naturelle viendra de trois apports : un patio côté est, une dalle nervurée vitrée côté ouest et enfin, un bandeau longeant les deux côtés du mur d’enceinte.

Le programme
L’organisation des espaces intérieurs devient cohérente et se recentre autour de la salle de concert. La nouvelle distribution des espaces impose une nouvelle hiérarchisation des fonctions et du programme.
L’entrée publique, le secrétariat et l’accès à la salle principale se concentreront au rez-de-chaussée. Le premier étage sera occupé par toutes les surfaces dédiées aux tâches administratives.
Le nouveau programme pédagogique se développera de manière condensée sur les nouveaux niveaux inférieurs. Au même titre que la grande salle de concert, un espace polyvalent et totalement évolutif prendra place au centre du 1er sous-sol. Il sera le coeur et le poumon de ce projet. Un espace dédié aux utilisateurs, aux rencontres didactiques et pédagogiques.
Eclairé naturellement, il reliera à la fois, la cafétéria, l’amphithéâtre, l’accès à la scène supérieure, le dépôt d’instruments, les loges, les salles d’enseignement et de répétition. Plusieurs scénarios d’aménagement seront possibles.
Un patio permettra d’amener jusqu’au 2ème sous-sol la lumière naturelle et servira également de relation verticale extérieure entre les étages inférieurs et l’esplanade extérieure.
La distribution verticale entre le rez et le 1er étage se fera toujours par l’escalier monumental, totalement préservé du hall principal. Une seconde liaison servira l’ensemble des niveaux du -2 au 1er étage, par un escalier et un ascenseur pour handicapés. Dans l’aile opposée, un troisième escalier distribuera les niveaux du -1 au 1er étage. Ces deux dernières verticalités font également fonction de voie de fuite et sortie de secours.

Le projet du bureau OA a remporté la 6e place sur 33 bureaux d’architectes suisses et internationaux.

Construction de 3 habitations HPE
Transformation d'un immeuble en résidence d'étudiants